Front de Gauche et médias 2

Publié le par cyril

Je tiens à commencer cette note par un remerciement à La Montagne. J’écrivais il y a quelques jours sur les rapports étonnants du Front de Gauche et des médias. Et bien, les Indiscrétions de La Montagne de ce dimanche viennent illustrer fort à propos ma note. Une de ces indiscrétions indique qu’André Chassaigne, je cite, « ferait des pieds et des mains à Paris pour qu’au second tour au nom du rassemblement de toute la gauche, l’une des 22 régions revienne à une tête de  liste communiste ». Mais où donc ce journaliste (qui ne signe pas son papier) est allé chercher ça ?! Et bien, personne ne peut le savoir. Les sources ne sont évidemment pas citées. Il serait d’ailleurs bien difficile de les citer puisqu’elles n’existent pas. Je démens donc catégoriquement cette "information" !!
Cette rubrique, les Indiscrétions, est bien pratique. Sous couvert d’indiscrétions, on peut écrire n’importe quoi, puisque par définition ce ne sont pas des infos officielles mais des indiscrétions glanées par des journalistes attentifs à informer le mieux possible leurs lecteurs. Il est donc très facile, dans ces conditions, de « lâcher » une information sous couvert d’anonymat ou en marge d’une rencontre avec la presse pour que celle-ci la reprenne comme une indiscrétion. Cette technique est vieille comme le monde mais elle ne s’appelle pas information mais plutôt désinformation ou plus prosaïquement manipulation. C’est vraisemblablement cette dernière option qui a été à l’œuvre dans cette article sur les supposées gesticulations d’André Chassaigne à Paris. Une personne bien intentionnée à notre égard ou à l’égard de l’actuel président a lâché cette soi-disant information dans l’oreille avidement tendue d’un journaliste qui a cru tenir le scoop de la campagne. Sans vérifier, sans confronter quelques sources que ce soient, ce dernier s’est précipité pour écrire son article pensant livrer là une information de première main.
Les Indiscrétions de La Montagne auraient pu devenir le moment décalé, drôle, titilleur du regard journalistique sur le monde politique, elles sont devenues, en réalité, une espèce de débarras où l’on trouve tout et n’importe quoi, le plus souvent n’importe quoi d’ailleurs.

J’ai fait quelques recherches sur internet, j’ai trouvé une déclaration des devoirs du journalisme, je n’en prends que quelques points, l’intégralité est ici.

Les devoirs essentiels du journaliste dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements sont :
1) - Respecter la vérité, quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité ;
2) - défendre la liberté de l'information, du commentaire et de la critique ;
3) - publier seulement les informations dont l'origine est connue ou dans le cas contraire les accompagner des réserves nécessaires ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et documents ;
6) - rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ;
8) - s'interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement, ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d'une information ;
9) - ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n'accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;
Texte écrit en 2000


Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article