Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gilets jaunes

Publié le par cyril

Quelques réflexions concernant ce mouvement des gilets jaunes.

Incontestablement, ce mouvement n'est pas uniforme. Il agrège différentes colères et présente différentes motivations. Il n'est pas exempt de contradictions. Il y a de tout dans ce mouvement. Il est multiforme. C'est ce qui fait sa force d'aujourd'hui et évidemment sa faiblesse de demain.

Et donc il doit être vu et analysé au vu de cette multiformité.

D'abord, c'est un mouvement de colère, de ras le bol. De ce fait, il est peu organisé, sans chefs ou porte-paroles clairement identifiés. De la même façon, les mots d'ordre, les revendications varient d'un endroit à l'autre, d'un « gilet jaune » à l'autre. Mais ce que l'on peut cerner de toutes ces revendications, c'est la question du pouvoir d'achat, question qui se cristallise dans la hausse du carburant et dans le refus des « taxes ». Avec des choses aussi contradictoire que de demander moins de taxes et d'impôts et en même temps plus de services publics.

J'entends et je lis nombre de camarades, de syndicalistes, de gens engagés à gauche, tenter de classer ce mouvement dans une case avec des accusations qui dépeignent tous les « gilets jaunes » en populistes, réac ou fachos. Qu'il y en ait est incontestable. Qu'ils soient à la tête du mouvement est tout aussi incontestablement faux. Qu'il y ait manipulation, c'est là aussi évident. Mais qu'il y ait de la sincérité, c'est aussi une évidence. 

Les camarades qui expliquent que cette colère n'est pas dirigée contre les vrais responsables, qu'elle feraient mieux de cibler ceux qui détiennent le capital, qu'il faut être cohérent et défendre aussi les services publics, que c'est l'inégale répartition des richesses qui est en cause, ces camarades ont raison.

Cependant je crois très peu au « spontanéisme » Je crois très peu à la capacité innée de produire une analyse de classe de but en blanc, au détour d'un blocage de carrefour. C'est, au contraire, les explications, les démonstrations, les lectures qui permettent de comprendre les tenants et aboutissants d'une situation.

Mais si la gauche n'est pas au coeur de ce mouvement, non pas pour le contrôler, mais pour lui apporter des analyses et des réflexions, qui le fera ? Qui pourra expliquer que le pouvoir d'achat, c'est d'abord d'augmenter les salaires, que les pensions de retraite qui baissent, la CSG qui augmente c'est la contrepartie des cadeaux aux plus riches, qui pour expliquer l'enfumage sur le salaire brut pour la vie, le salaire net pour le mois ? qui pour expliquer que c'est au capital, aux actionnaires, aux multinationales, aux évadés fiscaux, à ceux qui ont ce putain de pognon de dingue qu'il faut s'attaquer ? qui, si ce n'est la gauche de transformation sociale et écologique ? Qui ?

Doit-on rejoindre un mouvement seulement quand toutes les revendications sont connues et partagées ? J'ai l'impression que certains expliquent qu'il ne faudrait s'y joindre qu'à partir du moment où celui-ci adopteraient la totalité de nos propositions. C'est peut-être beaucoup lui demander, non ?

N'y a-t-il pas dans ce mouvement matière à discussion, à débattre de manière fructueuse pour la gauche sociale et politique ? Ne peut-on le nourrir de nos réflexions, de nos propositions, de nos expériences ?

Alors, certes, les syndicats et les partis politiques ne sont pas, à priori, les bienvenus. Et c'est une erreur. D'ailleurs, on a vu que l'inorganisation, l’inexpérience se payaient cash.

Mais cela ne doit-il pas nous conduire à nous interroger sur nous-mêmes ? Il est facile de rejeter la responsabilité sur les autres. Il est moins facile de se regarder soi-même pour essayer de comprendre pourquoi nous ne sommes pas les bienvenus même si évidemment tout ne tient pas qu'à nous.

Nous qui parlons de la colère des gens régulièrement, de la nécessité d'écouter le peuple. Quand celui s'exprime, on devrait regarder ailleurs ? Ou bien confronter les idées, argumenter, débattre ? Évidemment, ce n'est pas tout le peuple. Il n'a été que rarement rassemblé de façon quasi unanime dans l'histoire de notre pays. Mais ce mouvement, ceux qui y participent et ceux qui le soutiennent, en représente une part.

Enfin, n'y a-t-il pas là matière à discussion lundi sur les lieux de travail ? N'est-ce pas le bon moment pour parler augmentation de salaires, luttes, engagement ? Si nous laissons l'extrême-droite ou la droite-extrême travailler ce mouvement, il est certain qu'il s’éloignera de plus en plus de positions progressistes

Pour finir, le mouvement des gilets jaunes peut s’effondrer et disparaître. La colère ne disparaîtra pas pour autant.

Publié dans Actu

Partager cet article
Repost0

La gratuité des transports, une mesure bonne pour le climat et qui change la vie

Publié le par cyril

La gratuité des transports est un débat qui prend de l'ampleur en France et en Europe. C'est un sujet qui mérite d'être à l'ordre du jour de notre prochain congrès notamment à la suite du dépôt par les députés communistes d’une proposition de loi visant à encourager la gratuité des transports collectifs urbains.

 

Deux conceptions de la gratuité coexistent : une gratuité d'accompagnement pour les pauvres, qui vise à à compenser des inégalités de ressources, et une gratuité d'émancipation, qui permet de se libérer de la loi de l'argent, de s'affranchir du marché, qui donne tout son sens à « l'Humain d'abord ».

La gratuité des transports permet de changer la vie concrètement, ici et maintenant. C'est bien entendu une mesure sociale qui permet de redistribuer du pouvoir d’achat aux ménages, notamment aux classes populaires avec de probables conséquence favorables pour l’économie locale et les commerces de proximité. C’est aussi une mesure profondément écologique, en ce sens qu’elle permet très concrètement de réduire la pollution de l'air et les émissions de gaz à effet de serre en diminuant le nombre de voitures et en fluidifiant le trafic automobile. Les exemples de mise en œuvre, même à petite échelle, sont, à ce titre, très démonstratifs : à Châteauroux, où la gratuité existe depuis 15 ans, c'est plus de 200 % d'augmentation de fréquentation, à Aubagne, en 4 ans, c'est plus de 170 % d'augmentation de fréquentation et 10 % de baisse du trafic routier. Dunkerque a constaté les mêmes effets lors de la phase expérimentale de gratuité le week-end, et cela se confirme avec la gratuité totale du réseau depuis le 1er septembre 2018.

« Les automobilistes devraient remercier chaque jour les usagers des transports en commun pour toute la place qu’ils libèrent dans les rues et qui leur permet de ne pas être bloqués en permanence dans les embouteillages. » La célèbre formule d’Albert Jacquard est tout aussi éclairante quant à l’utilité sociale de la gratuité. Les libéraux considèrent que les transports ne servent qu’à l’usager et qu’il est donc légitime qu’il paye pour son usage. Les progressistes, au contraire, estiment que le transport collectif est utile à l’ensemble de la collectivité, qu’il est d’intérêt général. En abandonnant la voiture au profit des transports en commun, on fait diminuer la pollution sonore comme celle de l'air, on améliore la qualité de la vie urbaine. Les transports en commun sont donc utiles à toutes et tous, à celles et ceux qui les prennent, comme à celles et ceux qui ne les prennent pas.

Ainsi, la gratuité des transports réunit le droit (au transport) et l'effectivité du droit (à se déplacer). C'est aussi un nouveau droit à la ville qui la rend accessible à toutes et tous. C'est également un nouveau fait urbain qui permet de penser la transformation de la ville sur le plus long terme. Avec une alternative pertinente à l'utilisation de la voiture, avec un réseau de transport efficace et gratuit, on peut commencer à repenser la ville, à imaginer qu'une partie de la place occupée par la voiture soit redonnée aux piétons, aux cyclistes ou transformée pour créer de nouveaux espaces publics, de nouvelles places… à de nouveaux usages socialement utiles.

Outre l’argument récurrent du coût financier, les tenants du libéralisme nous opposent un autre argument fallacieux : ce qui serait gratuit serait moins respecté et, par conséquent, la gratuité serait « dangereuse ». Or, là aussi, les expériences montrent que cette « peur du gratuit » des libéraux est bien plus idéologique que pragmatique. Par exemple, à Dunkerque, les incivilités ont diminué de 92 % entre les week-ends où le transport est payant et les week-ends où le transport est gratuit.

Dans un contexte où les libéraux de droite et de gauche font de la baisse de la dépense publique l'alpha et l'oméga de leur pensée politique, il y a besoin de réaffirmer, à l'aide de propositions concrètes comme dans le domaine des transports collectifs, l'utilité du partage des richesses pour répondre aux besoins sociaux et à l'égalité citoyenne. En ce sens, toute mise en œuvre de la gratuité de certains usages et de certains services, est bien évidemment une gratuité socialement construite, sur la base de ressources budgétaires, financières voire de cotisations sociales, qui lui seraient directement affectées.

La gratuité des premiers m3 d’eau, de la cantine ou des transports, devrait être le grand combat des communistes. La gratuité, c’est l’antithèse du capitalisme où tout peut s’acheter et se vendre. Elle permet de s’attaquer frontalement à la domination de l’argent. L’Humain d’abord, c’est faire passer la réponse aux besoins des populations avant les logiques de profit, c’est faire passer l’intérêt général, l’intérêt des femmes et des hommes et celui de l’environnement avant la finance. L'Humain d’abord, c'est aussi la gratuité.

Cyril CINEUX, Maire-Adjoint PCF de Clermont-Fd chargé des transports, vice président de Clermont Auvergne Métropole

Jacques BAUDRIER, Conseiller de Paris (PCF), Administrateur d’Ile-de-France Mobilités

Alain PAGANO, Conseiller Municipal PCF d'Angers

Patrice VOIR, Conseiller Municipal PCF de Grenoble, Conseiller Régional PCF Auvergne-Rhône-Alpes

André CHASSAIGNE, Député PCF du Puy-de-Dôme

Pierre GARZON, Vice-président PCF du Conseil Départemental du Val-de-Marne chargé de l'aménagement, des transports, des déplacements et des circulations. Administrateur d'Ile-de-France Mobilités

Pierre CHERET, Maire-adjoint PCF d'Avion à l'Aménagement du territoire, Conseiller Communautaire de l'agglomération Lens-Liévin

Françoise FITER, Vice-présidente PCF du Conseil départemental des Pyrénées Orientales

Jean VILA, Maire PCF de Cabestany, Conseiller Communautaire, ancien député

Bernard CZERWINSKI, Maire PCF de Drocourt, vice-président de l'agglomération Hénin-Carvin, président du groupe Communiste

Delphine CASTELLI, Secrétaire de la Section PCF de Dunkerque Littoral, Conseillère Municipale de Dunkerque

Antoine SPLET, Conseiller communautaire PCF à l'Eurométropole de Strasbourg

Alain BRUNEEL, Député PCF du Nord

Max GUICHARD, Président du groupe communistes et apparentés à Bordeaux Métropole

Jean-Paul LECOQ, Député de Seine-Maritime

 

La gratuité des transports, une mesure bonne pour le climat  et qui change la vie
Partager cet article
Repost0

LA GRATUITE DES TRANSPORTS EN COMMUN CONTRE LA POLLUTION

Publié le par cyril

Communiqué de presse

Réduire massivement la pollution de l’air est une urgence sanitaire. Sept millions de morts par an dans le monde, 50 000 décès prématurés en France. Des chiffres énormes et tragiques.

Il y a urgence à réduire la pollution, et avant tout le trafic routier. Depuis Samedi 21 janvier 2017, notre ville subit des pics de pollutions importants.

Le 09 avril 2015, le SMTC (Syndicat Mixte des Transports de l'agglomération Clermontoise )a pris la décision en comité syndical de la gratuité des transports collectifs lors des pics d'alerte de pollution par la préfecture. Si l'on peut être satisfait de cette décision, force est de constater que c'est insuffisant pour lutter contre la pollution.

Il y a besoin de mettre en place des mécanismes préventifs. Il existe des prévisions météorologiques qui permettent de connaître à l'avance les risques de pollution. Il est donc possible d'anticiper plutôt que d'être dans la réaction. Les plans sanitaires arrivent souvent trop tard et ne permettent pas une réelle baisse de la pollution. Au mieux, la pollution augmente moins vite mais elle ne baisse pas.

La gratuité des transports en commun, totale ou partielle, peut être une des solutions pour permettre de lutter efficacement contre les pollution. Mais pour cela, il faut que cette gratuité intervienne en amont des épisodes de pollution pour les prévenir et qu'elle soit accompagnée d'une campagne de communication en direction des usagers mais aussi des automobilistes.

Cette mesure participerait à changer de modèle en matière de mobilité, à changer les habitudes en s'appuyant sur la prise de conscience de nos concitoyen-ne-s.

C'est pourquoi, je propose que le SMTC puisse étendre les procédures et consignes de lutte contre la pollution en mettant en place des périodes de quelques jours de gratuité des transports en commun afin de prévenir les risques de pollution.

Cyril CINEUX

Adjoint au maire chargé des transports

LA GRATUITE DES TRANSPORTS EN COMMUN CONTRE LA POLLUTION
Partager cet article
Repost0

Vœux du PCF 63 et de nos candidat-e-s aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

Publié le par cyril

Vœux du PCF 63 et de nos candidat-e-s  aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

En cette nouvelle année, la Fédération PCF du Puy-de-Dôme, avec ses candidat-e-s aux législatives, présente ses vœux de paix, de solidarité, de luttes et de conquêtes sociales. Après 2016 qui a vu les logiques de guerre se renforcer, l'élection du réactionnaire et dangereux Donald Trump aux Etats-unis, l'affirmation d'un pouvoir toujours plus autoritaire en Turquie et la décision du Brexit par les Britanniques, nous avons terriblement besoin d'entrevoir une éclaircie dans un ciel également assombri en France par la barbarie des attentats.

Au terme d'un mandat désespérant de François Hollande et de sa majorité, qui ont trahi les engagements pris devant les Français en 2012, le pire est à redouter pour l'année qui s'ouvre.  Le scénario catastrophique d'une droite dure et d'une extrême droite se partageant le pouvoir est aujourd’hui bien réel.

A l'image de la mobilisation de l'année dernière contre la loi El Khomri, une majorité de français-e-s refuse la voie de régression, d’austérité et de repli contenue dans le programme de François Fillon et de Marine Le Pen.

En appelant à voter Jean Luc Mélenchon à l'élection présidentielle, c’est pleinement conscient des dangers de la situation politique du pays, que le PCF a fait un choix de responsabilité, au service du rassemblement des forces progressistes. Troisième parti politique de France, en nombre d'adhérents et d'élus, le PCF était en capacité de présenter une candidature à l’élection présidentielle, mais a une nouvelle fois privilégié l’appel à une convergence des luttes et des forces en 2017, tout en s’engageant pleinement dans une campagne autonome pour sortir le pays de la spirale de l’austérité et du renoncement.

Rassembler la gauche sur des propositions fortes

Enrichis par la grande consultation citoyenne menée auprès de centaines de milliers de personnes le printemps dernier, nous engageons de front les campagnes présidentielle et législatives autour d’une série de propositions fortes :

- La priorité des priorités, est bien de mettre fin à l’impuissance politique volontaire face aux grands groupes financiers mondiaux et à la loi de l’argent en reprenant le pouvoir sur la finance et pour une meilleure utilisation de l'argent. Il faudra pour cela prendre dès 2017 des mesures radicales pour stopper l’évasion fiscale qui fait perdre 80 milliards d’euros chaque année au budget de l’Etat, et créer un véritable pôle public bancaire autour de la Caisse des dépôts et consignations, de la Banque publique d’investissement, de la Banque postale, des banques mutualistes et coopératives et de banques nationalisées. Ce pôle public impulsera un nouveau crédit sélectif pour l’investissement et l’emploi.

- La lutte efficace contre le chômage de masse et la pauvreté passe par un investissement massif pour l'emploi et la formation, en abrogeant tout d’abord les lois El Khomri et Macron, et en mettant en œuvre un véritable plan national de réindustrialisation du pays, piloté par une planification rénovée et démocratisée, au service de l’innovation, de la transition écologique, du développement de l’économie sociale et solidaire. Il faut également rendre effective l’égalité hommes-femmes en commençant par le renforcement de la loi sur l’égalité salariale en la rendant beaucoup plus contraignante.

- Agissons également dans les actes pour une France protectrice et solidaire, avec la création d’un service public de sécurisation de l’emploi et de la formation assurant un revenu, un emploi ou une formation, tout le long de la vie professionnelle, sécurisant notamment les jeunes et les seniors, avec le renforcement de nouveaux moyens et de nouveaux droits pour notre Sécurité sociale, incluant notamment un grand plan de mobilisation pour l’hôpital public et les structures publiques de santé  et de la dépendance. Il s’agit également de concrétiser enfin une véritable réforme fiscale en rendant l’impôt plus progressif et solidaire.

- La Vème République à bout de souffle, il nous faut nous engager pour un véritable renouveau politique et démocratique : en supprimant l’élection présidentielle ; en inscrivant  dans la Constitution la participation et l’initiative citoyenne comme droit fondamental ; en instaurant la proportionnelle à toutes les élections pour redonner une vraie légitimité démocratique aux différentes sensibilités.

- La question européenne est également un enjeu majeur qui ne saurait être balayé du débat public à coup de démagogie et de calculs politiciens. Oui, nous réaffirmons l’urgence de transformer en profondeur l’Europe vers un modèle d’intégration solidaire et coopératif en dénonçant le pacte de stabilité, en engageant la renégociation du traité budgétaire et des traités européens, en réformant les statuts et missions de la Banque centrale européenne et en soutenant la proposition d’une Conférence européenne sur la dette et la création d’un Fonds européen de développement social, écologique et solidaire dédié aux investissements et services publics et à la relance de l’emploi, de l’industrie, de la formation. Ce fonds peut être largement alimenté par la BCE qui vient d’injecter plus de 1000 milliards d’euros donnés aux banques privées sans contrepartie.


Des candidat-e-s à l’engagement reconnu, prêts à poursuivre leur action locale dès demain comme député-e-s à l’Assemblée nationale


À partir des réalités concrètes vécues sur nos territoires et des besoins exprimés par nos concitoyen-ne-s, les candidat-e-s communistes aux élections législatives incarneront ces grands objectifs politiques dans une démarche originale et novatrice.

Ils veulent être des futurs députés au service des citoyen-ne-s et de leurs besoins du quotidien, en s'appuyant sur la population, les associations, les organisations syndicales, les acteurs économiques, les élu-e-s de nos territoires. Il n'est plus possible que des député-e-s soient à la solde d'un Président de la République et le « petit doigt sur la couture du pantalon » face à un gouvernement autoritaire. Le bilan de nos 10 député-e-s communistes et du Front de Gauche (cf. Rapport d’activité 2012-2016) témoigne de ce travail de fond et sans concession, comme hommes et femmes relais des luttes, porteurs d’avancées sociales concrètes pour le quotidien, et force de résistance face aux choix d’austérité européens et nationaux.

 

Vœux du PCF 63 et de nos candidat-e-s  aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

C’est en s'inspirant des batailles menées notamment par André Chassaigne à l'Assemblée Nationale, que nos candidat-e-s sur chacune des 5 circonscriptions du département sont déterminés à rassembler très largement les habitants de nos territoires dans le sens du progrès et de la justice sociale. L’offre publique de rassemblement qu’ils mettent en avant ne se construit pas sur le seul soutien à telle ou telle écurie présidentielle, mais bien sur le besoin de porter du neuf et de la cohérence pour toute la gauche, et sur un ancrage solide comme élus locaux et citoyen-ne-s engagés et reconnus pour leur engagement de longue date. Les communistes du département mettent donc à disposition des Puydômois-e-s les candidatures de :

-    Sur la 1ère circonscription, Cyril Cineux, maire-adjoint de Clermont-Ferrand, Vice-Président de la Communauté Urbaine, était déjà candidat du Front de gauche en 2012 sur la 1ère circonscription. A la tête du combat pour la gratuité des transports publics sur l’agglomération, il veut poursuivre son action au service de toutes et tous. Partisan d'une autre façon de faire de la politique, il sera un candidat et un député qui co-élaborera avec les habitantes et les habitants du territoire les réponses aux besoins des populations. Défenseur des services publics et de l'emploi industriel, il sera aussi le porte parole de celles et ceux qui luttent.

-    Sur la 2ème circonscription, les communistes suspendent la candidature de Boris Bouchet au profit de la construction de candidatures de rassemblement unissant le PCF, l’Espace citoyen des Combrailles et la France Insoumise, incarnées par Pascal Estier de l’Espace citoyen et Amandine Villain, jeune communiste riomoise.

-    Sur la 3ème circonscription, Christine Thomas – Bichon, conseillère municipale de Beaumont, très engagée dans la défense des services publics sur cette circonscription.

-    Sur la 4ème circonscription, Catherine Fromage, mariée, mère de 2 enfants, fonctionnaire  catégorie C au ministère de l’agriculture, est maire-adjointe de Vic-le-Comte en charge des affaires scolaires, conseillère communautaire Mond'Arverne Communauté, et conseillère régionale Auvergne – Rhône-Alpes, participe aux commissions agriculture, viticulture, forêt, agro-alimentation ainsi qu'enseignement supérieur, recherche et innovation. Militante FCPE et CGT.

-    Sur la 5ème circonscription, André Chassaigne, député sortant et Président des Députés Front de Gauche et du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale et Eric Dubourgnoux, député-suppléant sortant et maire de Saint-Gervais-sous-Meymont.

Ouverts et rassembleurs, ils iront à la rencontre du plus grand nombre dans les entreprises, dans nos campagnes,  dans nos quartiers pour porter et partager ce projet et une autre façon de faire de la politique, au plus près des gens. A l’image du député qu’est André Chassaigne sur la 5ème circonscription, chacune et chacun de nos candidats aspire à être demain à ses côtés, de leur circonscription jusqu’à l’Assemblée nationale, pour qu’une gauche qui ne trahit pas, une gauche offensive et rassembleuse puisse porter le renouveau du progrès humain, social, et écologique.

 

Partager cet article
Repost0

Transports gratuits, téléphérique....

Publié le par cyril

Voici l'intervention que j'ai prononcé lors du Conseil Communautaire de Clermont Communauté pour le groupe communiste à l'occasion de la présentation du pré-projet du SMTC.

 

*********************

 

La marque d'une politique au service des habitantes et des habitants, c'est de se mettre en capacité de répondre aux besoins humains et de trouver les moyens pour le faire.

Pouvoir se déplacer, c'est une liberté et un droit fondamental. C'est d'ailleurs un droit garanti par la loi.

Se déplacer, c'est pouvoir chercher et avoir un emploi, c'est aller à la rencontre des autres, mais aussi découvrir son territoire, explorer le monde et ne pas en rester aux limites de son quartier, de sa ville ou de son village.

Moins de voitures, plus de vélos et de transports collectifs, c'est une évidence et une priorité pour la qualité de vie des habitant-e-s. Penser les transports avec la ville et penser la ville autour des transports est un enjeu indispensable.

Assurer à toutes nos concitoyennes et à tous nos concitoyens ce droit au transport, ce droit à la mobilité, tel doit être l'objectif du projet du SMTC. Se projeter à l'horizon 2030, c'est anticiper les besoins des habitants, la transition énergétique, l'accès permanent à l'information, une démographie différente et donc un aménagement urbain adapté aux enjeux des déplacements.

Le droit à la ville et aux territoires s'exprime par le droit aux mobilités et aux déplacements, c'est pourquoi, si le projet du SMTC vise haut, on peut pousser plus loin les propositions pour de nouveaux modes de transports collectifs.

 

1/ Nous devons être ambitieux pour notre territoire, ambitieux pour que les gens qui vivent sur ce territoire y vivent bien. Plus nous avons un réseau de transport en commun accessible et efficace, meilleures sont les conditions de vie de nos concitoyennes et de nos concitoyens, usagers des transports collectifs comme non usagers. La qualité du réseau, c'est aussi un facteur d'attractivité important quand on sait la place qu'occupe le transport dans le budget des familles et l'importance du temps passé à se déplacer.

Ainsi, il faut exploiter pleinement le réseau de transport en commun existant et améliorer le niveau de service. Il est, par exemple, nécessaire de finaliser la ligne C pour en faire un vrai Bus à Haut Niveau de Service avec une cadence toute les 7 à 8 mn et optimiser le service de nuit à partir des BHNS et des lignes les plus régulières.

Mais il est nécessaire aussi, et c'est un des apports des Rencontres Citoyennes de la Mobilité, d'interroger la pertinence du réseau pour répondre aux besoins de déplacement, pour relier les différentes communes entre elles et les quartiers de la ville centre.

 

2/ Nous avons besoin d'un réseau multimodal et interconnecté. Les villes et les territoires périurbains se sont construits autour de l'usage facile et économique de la voiture. Si les transports en commun ne peuvent se substituer à la voiture, la diversité en solutions de mobilités est un atout car elle permet à chacune et à chacun de choisir la meilleure option au meilleur moment selon les besoins et les aspirations des individus.

Les transports en commun, bien sûr mais aussi le vélo et la marche doivent être des axes forts de ces solutions de mobilités.

Il s'agit donc de penser plus « pôle multimodal » en y mettant de l'intelligence collective. On pourrait développer des lieux de mobilités qui soient à la fois de passage mais où on peut aussi s'arrêter par exemple dans des commerces de proximités avec des possibilité de branchement pour téléphones et ordinateurs portables ou encore des lieux pour le e-commerce.

 

3/ Le développement du territoire, le développement urbain et les réseaux de transports sont indissociables. C'est pour cela, entre autres, qu'une 2ème ligne de tram est nécessaire pour notre agglomération, une 2ème ligne qui passerait bien évidemment par la Gare et qui permettrait de structurer durablement le réseau de transport et notre territoire.

De la même façon, un haut niveau de service étendu au centre de toutes les communes principales de notre agglomération peut être un vecteur de développement important. Les notions de densité, de mixité des modes de transport et de mobilités doivent être davantage reconnue comme des « recettes urbaines » aptes à limiter les déplacements des voitures et à organiser le maillage du territoire.

Lier aménagement et développement, c'est aussi penser à l'échelle régionale par un haut niveau d'accessibilité du ferroviaire. Et même si cela ne relève pas du SMTC, débattre de la question des transports ne peut se faire sans avoir en tête la nécessité d'un vrai service public ferroviaire.

4/ un nouveau mode de transport et de voyage pour un territoire attractif

Mais le réseau de transport peut aussi trouver ses limites. Il y a de nouvelles demandes, de nouveaux besoins de mobilités, de nouveaux trajets à inventer. De nombreux lieux auraient besoin d'être mieux desservies

Pourquoi ne pas réfléchir à un mode de transport nouveau, un téléphérique, qui pourrait par exemple desservir l'aéroport, le Parc Montjuzet, les CHU, Aubière et sa zone commerciale, Royat, ou encore Cournon.

Sur de nombreux aspects, les transports par câble atteignent des performances élevées, comparable à des systèmes à haut niveau de service comme les tramways.

Un téléphérique n'a pas seulement pour objet d'être un outil de franchissement d'obstacle ; c'est aussi un mode de transport rapide et efficace. Il a de plus un intérêt économique puisqu'il coûte moins cher qu'un tram. Il ne modifie pas l'espace public comme peut le faire un tram, espace public qui peut ainsi être réservé à d'autres usages tels que la voiture mais aussi la marche ou le vélo.

Transports gratuits, téléphérique....

Enfin, les élus communistes proposent la gratuité des transports. Loin d'être la proposition démagogique que certains voudraient voir, cette proposition se veut responsable au regard des enjeux de mobilités, des enjeux sociaux et environnementaux et des enjeux d'attractivité du territoire.

La gratuité, cela a un coût et ce n'est pas seulement une question de tarif. Par exemple, l'école est gratuite parce qu'on considère que c'est l'ensemble de la société qui profite de la formation des élèves. Et donc, dans notre pays, nous considérons que c'est à l'ensemble de la société de financer l'école avec le système de redistribution des richesses qu'est l'impôt plutôt que de faire payer l'usager. Ce qui permet à tous les usagers une réelle égalité d'accès à ce service public.

On peut d'ailleurs se poser la question de la légitimité de faire payer l’usager des transports collectifs, alors que les coûts des autres modes de déplacement sont, pour l’essentiel, pris en charge par la collectivité (et donc par l’impôt) et peu ou pas par leurs usagers.

Le principe est donc le même avec la gratuité des transports. En quoi celle-ci profite-t-elle à l'ensemble de la société ? parce qu'elle permet de réduire la pollution en diminuant le nombre de véhicules sur les routes. Cette affirmation, confirmée par tous les réseaux de transport gratuit, est remise en cause par le GART, farouche opposant à la gratuité, à partir d études qui ne prennent pourtant pas en compte ces expériences réelles.

En 2013, 4 ans après la mise en place de la gratuité, l'agglo d'Aubagne a mené une étude sur le report modal dû à la gratuité. Permettez moi de vous citer quelques chiffres :

- en 2011, l'augmentation de la fréquentation est de 130 %

- 20 % des trajets supplémentaires ont été réalisés par des personnes qui n'auraient pas fait le déplacement sans la gratuité.

- 40 % des trajets supplémentaires sont réalisés par les – de 18 ans

- 50 % des trajets supplémentaires étaient effectués avant en voiture ou 2 roues motorisés ce qui correspond à 1200 à 1500 trajets économisés par jour.

- 20 % des usagers n'utilisaient pas le réseau de TC avant la mise en place de la gratuité.

 

En augmentant le nombre d'usagers, la gratuité des transports rend celui-ci plus efficient en diminuant le coût unitaire du transport.

La pollution, liée à la stagnation de particules fines dans l’air, constitue un véritable danger sanitaire pour notre société. La France comptabilise au minimum 30 000 morts par an ayant pour cause l’action négative des microparticules.

Face à cette pollution de l'air, le comité syndical du SMTC a décidé de rendre les transports en commun gratuits le temps des épisodes de pollution.

Si la gratuité des transports en commun est utilisée comme réponse lors de pics de pollution, c'est que la solution est pertinente pour favoriser l’usage des transport collectif et faire baisser les taux de particules fines et les émissions de Gaz à effet de serre.

Et si la tarification sociale est utilisée, avec une indéniable réussite, comme un élément favorisant l'usage des transports en commun, il est clair que la gratuité permet d'aller encore plus loin et de réussir encore plus efficacement à augmenter le nombre d'usagers des transports collectifs.

 

Transports gratuits, téléphérique....

Alors, pourquoi ne pas tenter une expérimentation qui nous permettrait d'en mesurer les effets ? Par exemple, cela pourrait se faire sur les moins de 26 ans ce qui ferait de Clermont-Ferrand, la ville la moins cher de France pour les étudiants et qui contribuerait à une attractivité certaine.

Ou comme à Dunkerque, expérimentons la gratuité durant les week-ends. Cela nous permettrait d'en débattre avec nos concitoyens et cela éviterait de répondre à leur place à des questions qui ne leur sont pas posés.

Évidemment et je l'ai dit, la gratuité est un investissement mais elle induit aussi des économies en réduisant le temps perdu dans les embouteillages, des économies en terme de santé publique et d’amélioration de la qualité de vie. En rendant notre territoire plus attractif pour les activités économiques et sociales, en rendant du pouvoir d'achat aux ménages, on agirait utilement sur le dynamisme de l'économie locale et on permettrait ainsi une augmentation des recettes de la taxe transport.

Si vous allez à Châteauroux Métropole dont le président est membre du parti Les Républicains, je vous invite à aller rencontrer Monsieur Paul Fluviaud, vice-président aux transports, peu suspect de sympathie révolutionnaire et pourtant éminent et respectable partisan de la gratuité. Ils vous apportera certainement les mêmes appréciations qu'à Aubagne anciennement dirigé par une élue communiste.

Et dans quelques mois, à Niort, dirigé par un membre de l'UDI ou à Dunkerque dirigé par un élu de la gauche social-démocrate, vous aurez aussi certainement les mêmes appréciations sur les effets positifs de la gratuité des transports.

Alors, si on avait du courage et si on essayait ?

 

Partager cet article
Repost0

Lettre ouverte a madame la députée Saugues sur la loi travail

Publié le par cyril

Lettre ouverte a madame la députée Saugues sur la loi travail

Lettre ouverte de Cyril CINEUX

Adjoint au Maire de Clermont-Fd – PCF – Front de Gauche

à Mme la députée, Odile SAUGUES

Madame,

Deux mois de mobilisations syndicales, populaires et citoyennes, prenant des formes nouvelles, viennent d’accompagner la présentation, la mise sur l’agenda et le début des débats parlementaires sur le projet de loi El-Khomri. Le travail d’explication de son contenu et de ses conséquences pour les 24 millions de salariés du pays a bousculé les consciences sur sa dangerosité. Selon plusieurs sondages, plus de 70 % des Français sont aujourd’hui opposés à ce texte.

Au lieu de provoquer une prise de conscience sur la nécessité de retirer le projet de loi El Khomri, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé hier le recours à la procédure la plus antidémocratique de notre Constitution - l’article 49, alinéa 3 - pour empêcher la représentation nationale d’en débattre et de voter contre le projet de loi travail. C’est donc avec l’arme constitutionnelle la plus rétrograde et conservatrice que le Président de la République et son Gouvernement entendent répondre au nouveau souffle démocratique et social qui s’est exprimé ces deux derniers mois. C'est un coup de force d'une inacceptable brutalité qui incarne la dérive libérale d’un pouvoir déconnecté du réel.

Face à une majorité dans la rue, dans l'opinion publique et maintenant au Parlement, renonçant à tous les engagements du candidat Hollande de 2012, le gouvernement, isolé, fait donc le choix de l’autoritarisme et de la cécité.

A défaut de majorité, il use d’un triple coup de force :

- Coup de force contre le monde du travail, puisque la loi signerait une régression historique du droit du travail par la remise en cause de la protection des salariés et l’inversion de la hiérarchie des normes,

- Coup de force contre les Françaises et les Français, dont sept sur dix rejettent cette réforme qui porte atteinte aux plus fragiles,

- Coup de force contre notre démocratie et la représentation nationale, privée de son rôle de législateur et humiliée par la manœuvre d’un exécutif à la dérive.

Les communistes du Puy-de-Dôme appelle à faire échec à ce triple coup de force et à obtenir le retrait du projet de loi El Khomri.

Suite à l’appel lancé par André Chassaigne, président des députés Front de Gauche, nous interpellons tous les parlementaires de gauche à constituer et à voter une motion de censure de gauche, seul moyen laissé par l’exécutif pour rejeter le projet de loi.

Par cette lettre ouverte, nous vous appelons, en responsabilité, à faire échec à cette loi de régression sociale et à l’utilisation du 49.3 qui comme le disait François Hollande en 2006 « est une brutalité, est un déni de démocratie, est une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire ».

Cyril CINEUX

Adjoint au maire de Clermont-Fd

Partager cet article
Repost0

Capitaine d'industrie et patron de combat.

Publié le par cyril

Communiqué de presse du PCF63 suite au décès de François Michelin

 

Capitaine d'industrie et patron de combat.

Si la disparition de ce patron, "atypique" à plus d'un titre, peut provoquer une légitime émotion, elle ne doit pas conduire à l'amnésie.

François Michelin a été un grand capitaine d’industrie qui a su développer son entreprise au niveau mondial tout en restant attaché à Clermont-Ferrand. C'est, de ce point de vue, un homme remarquable. Mais François Michelin a aussi été un patron de combat.

Contre les organisations syndicales, contre les 35 heures, contre le code du travail "d'inspiration marxiste", celui qui se désolait que "depuis des générations, la France est entre les mains des fils de Marx" était un adversaire du SMIC et avait claqué la porte du CNPF en 1968 après les accords de Grenelle, reprochant à l'ancêtre du MEDEF d'avoir trop lâché aux syndicats sur les salaires. Il aura aussi réussi à diviser l’emploi par 2 en France et à Clermont-Ferrand.

Il ne faut donc pas occulter cette réalité-là pour apprécier l'œuvre et le travail de François Michelin.

 

Capitaine d'industrie et patron de combat.
Partager cet article
Repost0

Victoire historique de Syriza !

Publié le par cyril

En votant pour la coalition de la gauche alternative Syriza le peuple grec a décidé de tourner la page de cinq ans d'austérité. Ces 5 années ont laissé le pays à bout de souffle économiquement et socialement. Avec un taux de chômage de 27 % dont 50 % chez les jeunes, la baisse des salaires, celle de pension de retraite, la dégradation des services publics, ce sont les classes populaires qui ont lourdement payé l'addition de la crise et des politiques d'austérités qui ont suivi. Cette politique de réduction de la dépense publique devait permettre de réduire la dette mais, comme nous le prévoyions déjà en 2009, ces politiques ont échoué en faisant passer la dette de 129 % du PIB en 2009 à 175 % aujourd'hui. Comme l'a dit Alexis Tsipras, le leader de Syriza, durant toute sa campagne, l'espoir est en marche, l'espoir, enfin, pour les grecs, de reconstruire un avenir. Mais cet espoir peut être aussi celui de l'Europe si celle-ci décide d'abandonner les politiques mortifères d'austérité. Ainsi, la victoire de Syriza est une formidable nouvelle pour tous les progressistes européens qui militent pour une autre politique en Europe. Les communistes, avec le front de gauche, se réjouissent et saluent cette victoire historique des forces de transformation sociale en Grèce et leur adresse un salut fraternel. Comme à d'autres moments de l'Histoire, les grecs montrent la voie.

Victoire historique de Syriza !
Partager cet article
Repost0

#soyonsdignesdeCharlieHebdo

Publié le par cyril

L'attentat contre Charlie Hebdo a frappé tout le pays, nous a tous atteint. Les mots sont si difficiles à trouver pour exprimer la stupeur, l'incompréhension, la peine. Mais ils sont si important pour permettre d'évacuer la douleur et la colère, si important aussi pour faire en sorte que ces barbares ne gagnent pas.
D'immenses rassemblements ont eu lieu pour protester contre cet attentat, pour que chacun puisse exprimer son émotion, pour rendre hommage victimes ou tout simplement pour se retrouver ensemble face a cette tragédie monstrueuse et inhumaine. Le peuple de France, dans sa diversité et dans son unité, a montré qu'il était plus fort que les terroristes, qu'il n'a pas peur et qu'il est capable de défendre sa liberté. C'est une immense défaite pour les obscurantistes présents et à venir.
Cette réaction pleine de dignité était nécessaire, indispensable, salutaire.
Et maintenant ? Maintenant, il ne faut pas considérer que le plus dur est fait, au contraire. Le plus dur est devant nous. Il faut poursuivre la lutte face a l'obscurantisme, contre tous les extrémismes, contre les idées de haine et de rejet de l'autre.
Maintenant, il faut être digne de Charlie hebdo. Il faut poursuivre leur combat contre l'intolérance. Cette journée où des millions de Françaises et de Français se sont rassemblés ne doit pas rester sans lendemain. C'est à chacune et chacun d'entre nous d'agir pour que cela ne se reproduise plus jamais. C'est à chacune et chacun d'entre nous d'imaginer et de construire la société de demain, celle dans laquelle nous voulons vivre, celle que nous voulons laisser à nos enfants.
Après la peine et le recueillement, vient maintenant le temps de l'engagement.

#soyonsdignesdeCharlieHebdo
#soyonsdignesdeCharlieHebdo
#soyonsdignesdeCharlieHebdo
Partager cet article
Repost0

Appel à une marche républicaine

Publié le par cyril

Nous sommes tous Charlie.

Cet effroyable attentat commis contre Charlie Hebdo visait tout autant les journalistes que la liberté d’expression et d’opinion, l’impertinence, l’humour, tout ce qui participe du vivre ensemble et de la démocratie.

Pour rendre hommage aux journalistes et à leurs familles, au clermontois Michel Renaud, à son épouse et à sa fille, aux 2 policiers morts dans l’exercice de leurs fonctions, nous appelons à une marche républicaine dimanche 15h place de Jaude.

Ne tombons pas dans le piège tendu par ces barbares. Notre pays a besoin plus que jamais de rejeter les idées de haine, d’intolérance, de fanatisme, de rejet de l’autre. Pour réussir à surmonter cette immense blessure, il faut poursuivre le combat de Charlie Hebdo contre la bêtise et l’ignorance.

Nous devons rejeter tout amalgame et cultiver plus fortement que jamais les valeurs de tolérance, de respect, de solidarité et de fraternité.

C’est aussi pourquoi nous ne marcherons pas aux côtés de ceux qui profèrent des idées de rejet et d’exclusion. Nous ne marcherons pas aux côtés du FN.

Dimanche, nous ne marcherons pas seulement pour honorer leurs mémoires mais bien pour poursuivre leur combat pour un monde plus humain et plus fraternel.

Cyril CINEUX

Secrétaire départemental de la Fédération PCF du Puy-de-Dôme

Appel à une marche républicaine
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>